Les contours subjectifs :

Lorsque nous regardons ce genre d’image, nous « voyons » une forme qui n’existe pas réellement, mais pourtant, une partie de la feuille semble plus contrastée, et nous suggère une forme.

Les figures de kanizsa nous suggèrent de voir des formes qui n’existent pas.

Dans la figure ci-contre, il y à trois cercles avec un morceaux de leur aire en moins, et trois angles. Si nous regardons cette image, nous voyons également un triangle dont les trois angles sont posés sur les trois cercles, comme s’ils cachaient un second triangle et un bout des trois cercles.

 

Les illusions d’Ehrenstein nous suggèrent de voir des ronds, alors qu’ils n’existent pas.

Les grilles incomplètes de la figure ci-dessous produisent un autre type d'illusions: les illusions d'Ehrenstein. Si nous ne considérons aucun point particulier de cette figure, nous verrons un rond, un carré ou une tache, aux points où les lignes se couperaient si la grille était complète. Ces figures sont particulièrement brillantes dans la grille supérieure de lignes noires et particulièrement noires dans la grille inférieure; dans les deux cas, elles semblent placées au-dessus de la grille, dont elles paraissent cacher les intersections. L'illusion reste très nette même si vous ne regardez qu'une intersection incomplète, mais si vous regardez fixement le point d'intersection manquant, l'illusion cesse.

John Kennedy, de l'Université de Toronto, a imaginé une série d'illusions sur la base des segments de rayon qui créent l'illusion d'un disque clair au centre du motif. Lorsque les segments sont inclinés, l'illusion s'atténue. Elle est moins nette si les pétales sont plus épais

Dans l'illusion de la grille de Hermann, nous distinguons des taches grises aux intersections des allées blanches qui séparent les carrés noirs. Elles disparaissent au point de fixation du regard et reparaissent en périphérie du champ visuel.

 

Si vous voulez un complément d’information, vous pouvez aller : ici